Jusqu'à ce que son fils soit libéré

La mère du prisonnier Nasser Abu Hamid commence une grève de la faim ouverte

La mère du prisonnier Nasser

La mère du prisonnier Nasser

Print +A -A

Palestine Occupée-Gaza Post

La mère du prisonnier Nasser Abu Hamid commence une grève de la faim ouverte

La mère du prisonnier palestinien Nasser Abu Hamid a annoncé, jeudi, une grève de la faim jusqu'à ce que son fils soit libéré pour se soigner, alors que le prisonnier est toujours dans le coma et sous respirateur.

Hier, mercredi, le Club des prisonniers palestiniens a publié un témoignage des prisonniers sur le crime systématique de négligence médicale (meurtre lent), qui a été commis contre le prisonnier Nasser Abu Hamid, alors qu'il fait face à une situation sanitaire critique à l'hôpital de l'occupation israélienne "Barzilai" .

Selon un témoignage de ses proches sur le crime systématique de négligence médicale (meurtre lent) qui a été commis contre lui, Abu Hamid a souffert début janvier 2021 de douleurs thoraciques sévères et de difficultés respiratoires, et le diagnostic du médecin de la prison a été pas sur la base d'examens.

À l'époque, il a confirmé que ce qu'il souffre est une infection normale qui ne nécessite pas plus qu'un antibiotique.

Il est à noter que le prisonnier Abou Hamid est détenu depuis 2002 et condamné à 7 reprises et 50 ans de réclusion à perpétuité. Il fait partie des cinq frères condamnés à la réclusion à perpétuité dans les prisons de l'occupation.

Quatre d'entre eux ont été arrêtés en plus de Nasser en 2002 : Nasr, Nasser et Sharif, Et Muhammad, en plus de leur frère Eslam, qui a été arrêté en 2018, et ils ont un sixième frère tué par l'occupation , Abdel Moneim Abu Hamid, et le reste de la famille a été arrêté, et leur mère a été privés de leur visite pendant des années, et ils ont perdu leur père pendant les années de leur détention. La maison familiale a également été démolie à cinq reprises, dont la dernière en 2019.

 

×